fondateurs2

 Jean Bosco naît le 16 Août 1815 aux Becchi de Castelnuovo d’Asti, un village perché sur une des collines environnant Turin. Orphelin de père à l’âge de deux ans, il est élevé  par sa maman, Marguerite, paysanne remplie de sagesse chrétienne. Plus tard celle-ci aidera Don Bosco à persévérer dans sa vocation au milieu de conditions  particulièrement difficiles. En 1835, Jean Bosco entre au séminaire. Pendant ces années, il découvre la pauvreté des jeunes retenus dans les prisons de Turin. Cela l’émeut profondément. Le 8 décembre 1841, il rencontre un orphelin, Bathélemy Garelli, dans la sacristie de léglise de St Francois d’Assise. C’est le début de l’oratoire des jeunes. Il  est ordonné prêtre la même année. D’un acte providentiel à un autre, Jean Bosco s’affermit dans son choix de prédilection pour les jeunes et développe ce qu’on appellera  plus tard le « système préventif ». La fondation des Salésiens (1859) et des Filles de Marie Auxiliatrice (1872) sont des expressions palpitantes de sa réponse d’amour à Celui  qui, à travers la Vierge Marie, l’a appelé à être le guide et maître des jeunes livrés à eux mêmes. À sa mort le 31 Janvier 1888, Don Bosco laisse une famille religieuse florissante comprenant 773 salésiens et 393 Filles de Marie Auxiliatrice. L’Église entama son procès en béatification deux ans après sa mort. Don Bosco est béatifié le 2 juin 1929 et canonisé le 1er  avril 1934. Il est proclamé « Père et maître de la jeunesse » par Jean-Paul II en 1988.

« Il ne suffit pas que les jeunes soient aimés
mais qu’ils se sentent aimés »
(Don Bosco)

fond2 Marie-Dominique naît le 9 mai 1837 à Mornèse en Italie dans une famille de paysans profondément chrétienne. Dès son jeune âge, elle manifeste un tempérament fort, dynamique et réaliste. Son manque d’instruction du début a été largement suppléé par son don d’organisation et son esprit d’initiative. A quinze ans, elle se consacre  à Dieu  en adhérant à la  Pieuse Union de Marie Immaculée où elle se distingue par son zèle. A vingt-cinq ans, à peine guérie du typhus, elle met sur pied avec deux compagnes une  œuvre qui ressemble de près à celle de Don Bosco. L’arrivée de ce dernier à Mornèse le 8 octobre 1864 provoque chez Marie-Dominique une impression extraordinaire. En  1867, elle quitte sa famille pour la maison de l’Immaculée où fonctionnent l’ouvroir et le patronage festif qu’elle a fondés. Dans cette nouvelle ambiance, Marie-Dominique a l’opportunité de vivre l’idéal salésien. Par la suite, elle adhère pleinement à l’intention de Don Bosco de créer un institut religieux qui prendrait soin exclusivement des jeunes filles. Cette intention se traduira en acte quand, le 5 Août 1872, elle et 15 autres compagnes prononcent les premiers vœux. Elle est élue supérieure générale du nouvel institut. Quoiqu’ayant une vie courte, Marie-Dominique a pu voir fleurir et répandre son œuvre en d’autres régions d’Italie, en France et s’établir en Amérique du Sud. Elle est béatifiée le 20 novembre 1938 et proclamée sainte le 24 juin 1951.

« La joie est le signe d’un cœur
qui aime beaucoup le Seigneur »
(Marie-Dominique)

<< Retour à la page  « QUI SOMMES-NOUS ? »